alimentation
 

Sur des petits champs dans la forêt ou près de leur hutte les femmes cultivent du manioc, du maïs et du riz. Il y a beaucoup de bananiers dans les villages.
Dans chaque village des chèvres et poules courent en liberté et il y a quelques colombiers.
Le poisson est cultivé dans des mares, on pêche dans les rivières à proximité.
La viande de ces animaux et celle de la chasse est leur unique source de protéines animalières.

Lors de mauvaises récoltes la famine règne, et cela arrive trop fréquemment pour bien faire.

De l’argent pour acheter de la nourriture?
La cuisine est très primitive. Les pots se trouvent sur un petit feu tenu actif entre trois pierres posées sur le sol.

Malnutrition? Un problème, aussi dans la zone de santé de Katako-Kombe.

Dans la zone de santé de Katako-Kombe l’on rencontre encore trop souvent des enfants sous-alimentés. Des programmes successifs ont détecté de  tels enfants et tentent d’accompagner la famille de ces enfants avec un programme alimentaire.
Notre projet y collabore activement.
Mais il n’est pas facile de modifier de vieilles habitudes alimentaires qui n’offrent pas une alimentation équilibrée.

Les feuilles de manioc, le riz et la viande, lorsqu’il y en a, sont cuits. Des racines de manioc séchées sont broyées à l’extérieur dans un pot en bois pour en faire de la farine. Cette farine est mélangée avec de l’eau et forme une bouillie. Parfois on en fait une sorte de pâte.
Les femmes utilisent de la farine de maïs pour des biscuits ou de la purée.

Les enfants africains, et donc aussi les petits Congolais, sont comme tous les enfants. Ils adorent jouer, sont rieurs et très actifs.
Les enfants sous-alimentés ne sourient pas, ils ont l’air déprimés et sont passifs. Ils ont le ventre gonflé, les jambes et les pieds enflés. Dans les cas les plus graves des taches blanches apparaissent sur la peau. Une autre forme de malnutrition est caractérisée par un fort  amaigrissement.

2012: le collège Sint-Jan à Sint-Amandsberg court afin de contrer la sous-alimentation dans la zone de santé de Katako-Kombe!

Les élèves des classes 1ka a-b-c-d-e-f, 2l a-b-c, 1st a-b, 2st a-b et 2mw a-b-c-d-e se sont faits sponsoriser et ont recueilli près de €4000.
Avec cette somme un lot d’aliments enrichis a pu être acheté, ce qui peut renforcer assez rapidement des enfants sous-alimentés. Le restant du montant a été utilisé pour acheter un moulin à moudre le maïs, qui est utilisé aussi bien à l’hôpital de Katako-Kombe pour les enfants malnutris, que par la population locale moyennant une petite somme pour l’utilisation.

Félicitations aux élèves du collège Sint-Jan.

Les femmes travaillent dans les champs,
récoltent des feuilles de manioc,
et ramassent du bois pour le feu de cuisine.
Cette femme a récolté une portion de riz sur son champ.
Elle ramène également du bois pour le feu.
Elle porte le tout à la maison sur sa tête.
Des racines de manioc séchées sont réduites en farine.
La cuisine dans une hutte.
Des enfants sous-alimentés ont l’air déprimé.
Les enfants sous-alimentés ont parfois des taches blanches sur la peau,
ont l’air gonflés et maigrissent parfois très rapidement.

 

2008 - 2012

top

index